La Petite fleur d'Hiroshima

Période historique : XXè siècle Période historique La Petite fleur d'Hiroshima La Seconde Guerre mondiale

Type de document : Roman

Auteur : CUENCA Catherine

Editeur : Oskar

Collection : Dix - 10 jours pour changer le monde (Oskar)

Année d'édition : 2020

A partir de 11 ans.

ISBN : 979-10-214-0711-4

Prix : 10,95 €

La Petite fleur d'Hiroshima
Achetez La Petite fleur d'Hiroshima moins cher  Decitre

Résumé

La guerre en Europe est terminée depuis le mois de mai mais elle oppose toujours Américains et Japonais en juillet 1945. Avant la guerre, de nombreux Japonais avaient quitté leur terre natale pour s'installer aux Etats-Unis. Mais désormais, ils sont considérés comme des parias et sont internés dans des camps. Ceux qui en réchappent ont fait le choix de s'engager dans l'armée américaine, comme Kei. Son jeune frère Akira lui écrit régulièrement. Au Japon, c'est Hanako qui correspond avec son grand frère Harada, pilote dans l'armée japonaise. Fin juillet 1945, l'angoisse monte dans les deux camps. Surtout qu'une rumeur court que l'armée américaine disposerait d'une nouvelle bombe dévastatrice.

Citations
"Barney Nozaka s'était résigné bien avant lui, songe Kei avec émotion. Comment les parents de son camarade apprendront-ils sa mort ? Sauront-ils qu'il a souffert, pendant deux interminables journées, avant de succomber à ses blessures ? Leurs familles sont loin de se douter de ce qu'ils endurent au front. Leurs compatriotes américains mesureront-ils jamais le véritable coût de la victoire, et le tribut payé par les Nisei, objets de la défiance publique, parqués dans des camps, pour y parvenir ?
[...]
- Si je survis à la campagne du Japon, j'essaierai de trouver cette Hanako pour lui remettre la lettre de son frère.
- Que racontes-tu ? grogne Sunao.
- Elle a le droit de savoir, elle aussi. Je suis sûr que Takizawa espérait que quelqu'un rapport ses effets à sa famille. Comme j'espère que ce sera le cas pour moi. Si je mourrais..."

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis La Petite fleur d'Hiroshima
Catherine Cuenca commémore le 75e anniversaire des bombes d'Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, avec le roman La Petite fleur d'Hiroshima.

Le contexte historique
Comme le veut la collection, le récit débute neuf jours avant l'événement, ici le 28 juillet 1945.
Rappelons que la Seconde Guerre mondiale est terminée en Europe, depuis le 8 mai 1945. Mais la guerre oppose toujours les Etats-Unis et le Japon dans l'océan Pacifique.
De chapitre en chapitre, de jour en jour, Catherine Cuenca nous amène vers la date fatidique du 6 août 1945, jour du lancement de la première bombe atomique sur la petite ville d'Hiroshima au Japon.

Les Nisei
Mais plutôt que de relater les événements avec un narrateur omniscient, Catherine Cuenca a choisi de faire s'entrecroiser les correspondances de Japonais qui vivent aux Etats-Unis, qui ont choisi de fuir le Japon et son empereur, et ceux qui vivent sur leur terre natale et sont prêt à mourir pour leur souverain, plutôt que d'accepter la victoire de leur ennemi.
Les Nisei sont les enfants des premiers émigrés, ils sont nés sur le sol américain. Mais cette guerre fait d'eux des parias et ils sont internés dans des camps. Le jeune Akira est de ceux-là. Il a pourtant confiance en son grand-frère Kei, qui a fait le choix de combattre dans l'armée américaine pour prouver sa valeur. Dans l'armée ennemie, au Japon, Hanako correspond avec son frère Harada, pilote.
Des origines proches et pourtant des points de vue complètement différents. Ce mode de narration nous fait ressentir pleinement les émotions des personnages, leurs craintes à cause de cette guerre qui s'annonce différente.

Un final inattendu
Comme le veut la collection, Catherine Cuenca arrive ainsi au jour J, le 6 août 1945, à Hiroshima, au Japon. Hanako écrit à son frère bien-aimé alors que des avions américains survolent sa maison. Et puis, le livre continue avec un épilogue qui a lieu le 6 août 1955. Mais si les bombes n'avaient pas été larguées sur Hiroshima et Nagasaki, que se serait-il passé ? C'est l'objet de la fin bis et de l'épilogue bis.
Je vous laisse découvrir ce final, extrêmement émouvant, ne pensant pas du tout que l'autrice l'amènerait de cette manière.
Comprendre l'Histoire, ce n'est pas seulement assimiler et connaître des dates. C'est revivre des événements aux côtés de personnages, certes fictifs la plupart du temps, mais ancrés dans un contexte historiquement réel pour mieux ressentir leur vécu du moment. La Petite fleur d'Hiroshima y contribue totalement.

A lire aussi, d'autres chroniques du roman La Petite fleur d'Hiroshima de Catherine CUENCA :
- La Petite fleur d'Hiroshima sur le blog Entre les pages
- La Petite fleur d'Hiroshima sur le blog Un livre dans ma valise !
- La Petite fleur d'Hiroshima sur le site Grégoire de Tours.