Une Jeune mère dans la Résistance : Olga Bancic

Période historique : XXè siècle Période historique Une Jeune mère dans la Résistance : Olga Bancic Seconde Guerre mondiale - Résistance

Type de document : Roman

Auteur : EHRET Marie-Florence

Editeur : Oskar

Collection : Histoire et société - Résistantes / Résistants (Oskar)

Année d'édition : 2015

A partir de 12 ans.

ISBN : 979-1-02140-296-6

EAN : 9791021402966

Prix : 11,95 €

Une Jeune mère dans la Résistance : Olga Bancic
Achetez Une Jeune mère dans la Résistance : Olga Bancic moins cher  Decitre

Résumé

Olga Bancic est née en mai 1912 à Chisinau, en Bessarabie, l'actuelle Roumanie. Toute jeune, elle manifeste dans l'usine où elle travaille, elle arrêtée, emprisonnée, maltraitée. En 1938, elle s'exile en France. Cette juive communiste s'engage en faveur des Républicains espagnols et lorsque la France est occupée par les Nazis à partir de 1940, c'est tout naturellement qu'elle intègre la Résistance française. Mariée à Alexandre Jar, elle a une petite fille Dolorès, née en 1939. La mort dans l'âme, le couple et leur enfant doivent vivre séparément pour éviter de les exposer trop au danger.

Olga s'engage dans l'organisation MOI des Francs-Tireurs et Partisans (FTP). Tout le monde la connaît sous le pseudonyme de Pierrette. Elle prépare des bombes et s'occupe d'acheminer et reprendre les armes après chaque attentat commis par le groupe Manouchian. Malgré toutes les précautions prises, de nombreux membres de ce réseau de Résistance sont arrêtés, dont Olga Bancic. Longuement interrogée et torturée, elle est finalement condamnée à mort. Transférée à Stuttgart, elle est décapitée le 10 mai 1944.

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Une Jeune mère dans la Résistance : Olga Bancic
Marie-Florence Ehret s'est déjà intéressée à plusieurs figures de la Résistance dans d'autres romans jeunesse aux éditions Oskar. Ici, elle retrace l'engagement dans la Résistance française d'Olga Bancic, une jeune juive roumaine communiste. A peine sortie de l'adolescence, Olga Bancic était une rebelle, qui défendait ses droits, luttait activement pour la liberté, la justice.

Cette femme exceptionnelle n'a pas hésité à vivre éloignée de son mari et de sa petite Dolorès pour combattre le nazisme. Malgré les nombreuses précautions prises, le groupe Manouchian a été arrêté et bon nombre de ses membres sont morts fusillés ou décapitée, en ce qui concerne Olga.

Un récit très sombre qui s'attarde essentiellement sur les nombreux attentats perpétrés par le groupe Manouchian contre l'occupant nazi. Olga Bancic est bien sûr le personnage que nous suivons continuellement mais son action est totalement en lien avec les autres membres.
Certains passages m'ont semblé un peu confus, toutefois l'ensemble reste réussi et rend un hommage émouvant à cette jeune femme qui a payé de sa vie son engagement.

Le roman se conclut par un dossier documentaire illustré sur Olga Bancic et un entretien de l'auteure avec Irma Mico, un résistante roumaine qui a connu Olga Bancic à partir de 1938.

Un livre à rapprocher du roman de Didier Daeninckx, Avec le groupe Manouchian : les étrangers dans la Résistance, publié également aux éditions Oskar, dans la collection Histoire et société.

A lire aussi, deux autres chroniques du roman Une Jeune mère dans la Résistance de Marie-Florence EHRET :
- Une Jeune mère dans la Résistance sur le blog Sophie lit
- Une Jeune mère dans la Résistance sur le blog Ma malle aux livres
- Une Jeune mère dans la Résistance sur la plateforme L'Affiche rouge - Manouchian
- Une Jeune mère dans la Résistance sur le site Encres vagabondes.