Il faut gagner la bataille de Verdun

Période historique : XXè siècle Période historique Il faut gagner la bataille de Verdun La Première Guerre mondiale

Type de document : Roman

Auteur : CUENCA Catherine

Editeur : Oskar

Collection : Dix - 10 jours pour changer le monde (Oskar)

Année d'édition : 2016

A partir de 10 ans.

ISBN : 979-1-0214-0531-8

EAN : 9791021405318

Prix : 12,95 €

Il faut gagner la bataille de Verdun
Achetez Il faut gagner la bataille de Verdun moins cher  Decitre

Résumé

Benoît, un adolescent, vit sur la route de Verdun quand la maison de sa grand-mère est entièrement détruite par les bombardements qui font rage dans le secteur en décembre 1916. Désormais orphelin, il est recueilli par une compagnie de zouaves. Alors qu'il devrait être renvoyé à l'arrière, il fait en sorte de rester près de ses sauveurs et se rend utile à l'infirmerie. A Verdun, attaques et contre-attaques se succèdent, décimant les rangs des deux côtés pour quelques mètres gagnés et aussitôt reperdus. Benoît a terriblement peur pour ses nouveaux amis. Un soir, alors qu'il part remplir des gourdes à une rivière, il rencontre furtivement un Allemand, Max, aussi jeune que lui. Ils ne se parlent pas mais ce simple échange de regards est peut-être porteur de fraternité.

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Il faut gagner la bataille de Verdun
En cette année de commémoration de la bataille de Verdun, Catherine Cuenca écrit son premier titre dans la collection 10 jours pour changer le monde, aux éditions Oskar, en s'attardant sur les dix jours qui précèdent la victoire française de Verdun, le 18 décembre 1916.

La bataille de Verdun fait rage depuis déjà dix mois. Les armées française et allemande ont subi de très lourdes pertes pour un peu de terrain gagné ou aussitôt reperdu. Mais ce secteur est stratégique, il faut donc continuer de harceler l'ennemi jusqu'à l'épuisement.

Benoît, un jeune orphelin, est le témoin pour nous des événements. La narration reste pourtant omnisciente afin d'avoir une plus grande vue d'ensemble, tant du côté français qu'allemand. Les hommes sont autant épuisés d'un côté que de l'autre, souffrent du froid, de la faim, de la mort de leurs camarades. Ils sont à bout de forces et pourtant, on leur demande encore de sortir des tranchées pour combattre, même si l'artillerie n'a préparé leur attaque en amont. Devenu infirmier, Benoît tremble pour ses amis qui sont sous le feu nourri des Allemands. Et puis, il y a cette rencontre totalement inattendue avec un jeune allemand de son âge. Un seul regard qui en a dit long et qui a son importance pour la suite.

En dix courts chapitres, dix jours précédant l'assaut décisif, Catherine Cuenca retrace l'horreur des derniers jours de combat à Verdun, devenu un haut lieu de mémoire après ce carnage. Mais si les Allemands avaient gagné cette bataille, que se serait-il passé ? C'est là toute l'histoire qu'elle imagine dans un épilogue bis, en 1916, puis dix ans plus tard en 1926. L'histoire s'en serait trouvée totalement bouleversée, mais dans tous les cas, l'idée de revanche aurait été tout autant présente dans l'esprit français.

Un petit roman prenant sur les instants décisifs de la bataille de Verdun, ses conséquences, et une main tendue vers une fraternisation.