Le Chemin de fumée

Période historique : XXè siècle Période historique Le Chemin de fumée Seconde-Guerre mondiale - Shoah

Type de document : Roman

Auteur : HAUSFATER Rachel

Editeur : Editions du Mercredi

Année d'édition : 2019

A partir de 15 ans.

ISBN : 979-10-93433-36-3

Prix : 10,00 €

Le Chemin de fumée
Achetez Le Chemin de fumée moins cher  Decitre

Résumé

Shaïné, une adolescente juive, est l’une des rescapées du camp d’Auschwitz. Mais elle se sent terriblement seule sans ses parents, sans son Zeïdé (son grand-père). Accueillie dans un Château, une maison d’enfants, elle tente de se reconstruire avec l’aide des adultes et des autres enfants présents. Mais pas encore adulte et trop tôt privée de son enfance, Shaïné donne naissance à une petite fille, sa Zeïdé, en hommage à ce grand-père tant aimé dont elle n’a plus eu de nouvelles depuis l’arrivée au camp. Difficile donc de penser à soi, à ceux dont on ne sait rien et à ce petit être symbole d’amour et d’espoir.

Citations
"A la maison, où attend Pitchi-Poï. Ce n'est pas moi qu'il attend. Mais pourtant je dois m'occuper de lui. Parce qu'il est beaucoup plus perdu que moi, que nous tous. Il n'est pas revenu, lui. Il est toujours là-bas. C'est pour ça qu'il ne parle pas. La nuit seulement il lance ses hurlements, il crève de larmes, et on les entend d'ici. Pitchi-Poï, en vrai, ce n'est pas le nom de quelqu'un. C'était simplement le nom de "là-bas", un joli nom pour l'enfer. "On va à Pitchi-Poï", disait-on aux enfants dans les trains noirs, pour les faire rêver, pour ne pas qu'ils pleurent. "Où on va, maman ?" questionnaient-ils inlassablement, en pleurnichant et en gémissant. On ne pouvait quand même pas leur répondre : "Ne t'inquiète pas, mon chéri, on va simplement en enfer. Nous descendrons bientôt, après encore quelques petites heures entassés les uns (vivants) sur les autres (morts). La gare porte le curieux nom d'Auschwitz. Là, on nous séparera, on nous déshabillera et on nous gazera. Ou peut-être aurons-nous la chance d'être choisis (peuple élu !) pour aller travailler comme des bêtes, sans nourriture ni espoir. On va bientôt arriver mon poussin, regarde par la fenêtre (quelle fenêtre ?)." Non, franchement, on ne pouvait pas dire ça ! Alors les mamans et les grands-pères disaient : "On va à Pitchi-Poï." C'est rigolo ce mot, ça rit tout seul, ça chante, ça rebondit. Les petits jouaient avec le mot, et imaginaient, ah ! imaginaient un monde pitchi-poïen, un cirque. En fait de cirque, il n'y avait que des dompteurs, et nous, pauvres bêtes redevenues sauvages, qu'ils ont abattues." p. 61-62

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Le Chemin de fumée
Le Chemin de fumée est le premier roman de Rachel Hausfater, publié initialement en 1998 aux éditions du Seuil jeunesse. Très remarqué, il est réédité plus de 20 ans après par les éditions du Mercredi. Dès ce roman, Rachel Hausfater ouvre le thème de la Shoah.

Les camps de la mort
Shaïné, la jeune narratrice, est l’une des rares rescapé.e.s du camp d’Auschwitz. De manière décousue, rompant la chronologie des événements, elle raconte l’absence de nouvelles de ses parents, de son grand-père Zeïdé dont elle a été brutalement séparée à l’arrivée au camp, sa brève relation avec le Garçon Escargot, l'arrestation alors qu'elle était avec son grand-père, le train qui l’a conduite jusqu’au camp.
Son vécu dans le camp est en fil rouge du roman mais le mode de narration adopté permet de se détacher et de se focaliser sur la difficile reconstruction des rescapés.

Une lente reconstruction
Shaïné raconte son vécu comme elle le ferait oralement. On retrouve ses mots, ses propres tournures de phrases, son hésitation, sa sensibilité, sa détresse, les idées qui s’entremêlent. Shaïné a rejoint un Château en France, une maison d’enfants, qui recueille les mineurs rescapés des camps et dont on est sans nouvelles de leur famille. Mais peu après son arrivée, une surprise attend l’adolescente. Elle met au monde une petite fille. Que faire d’un bébé quand on n’a soi-même pas eu le temps de finir son enfance et avoir été projeté trop tôt dans le monde des adultes ?
Relation avec son enfant, relations avec les autres enfants, les adultes de la maison, tout ceci occupe leur cœur du roman et montre clairement l’énorme difficulté qu’ont ces survivants à retrouver un semblant de normalité.

Sensibilité et poésie
Il y autant de façons d’écrire sur la Shoah qu’il n’y a d’écrivains ou de personnes pour en témoigner. En adoptant cette narration à la première personne et dans un style proche de la verbalité, Rachel Hausfater nous permet d’être au plus proche des émotions et de l’état psychologique de la jeune Shaïné. Son verbe, qui semble si décousu, fait pourtant preuve d’une belle mais douloureuse poésie.

Tous les livres sur la Shoah méritent d’être connus parce qu’il ne faut jamais oublier ce qu’il s’est passé. Le Chemin de fumée, en une centaine de pages à peine, est le roman du retour difficile à la vie pour tout ceux qui sont revenus de l’enfer.

Première édition : 1998.

A lire aussi, d'autres chroniques du roman Le Chemin de fumée de Rachel HAUSFATER :
- Le Chemin de fumée sur le blog Mon monde à  lire
- Le Chemin de fumée sur le site Ricochet.