Celle qui voulait conduire le tram

Période historique : XXè siècle Période historique Celle qui voulait conduire le tram La Première Guerre mondiale

Type de document : Roman

Auteur : CUENCA Catherine

Editeur : Talents Hauts

Collection : Les Héroïques (Talents Hauts)

Année d'édition : 2017

A partir de 10 ans.

ISBN : 978-2-3626-6154-9

EAN : 9782362661549

Prix : 14,00 €

Celle qui voulait conduire le tram
Achetez Celle qui voulait conduire le tram moins cher  Decitre

Résumé

Lorsque la guerre éclate en 1914, les hommes sont mobilisés et partent sur le front. Pendant ce temps, à l'arrière, les femmes les remplacent aux postes qu'ils occupaient et mieux payés que ceux des femmes. C'est ainsi qu'Agnès Meunier devient wattwoman. Mais lorsque son mari est démobilisé en 1917 pour cause de grave blessure, tout change. Il ne supporte pas que sa femme gagne plus que lui, qu'elle ne soit pas à la maison pour faire le ménage et les repas. Agnès est tiraillée entre son souhait de sauver son couple et son désir de faire le travail qu'elle aime et d'accéder à davantage de liberté. Elle finit par s'engager dans une association de suffragettes, au grand mécontentement de son mari, Célestin.

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Celle qui voulait conduire le tram
La Première Guerre mondiale et la condition des femmes dans l'Histoire sont deux thèmes chers à Catherine Cuenca et qu'on retrouve dans plusieurs de ses romans. Ici, ils sont réunis, de manière à aborder le rôle des femmes, à l'arrière, pendant la Grande Guerre, alors que les hommes étaient mobilisés sur le front.

Tout commence en 1945. Nous faisons la connaissance de Luce, toute jeune femme, qui relit avec beaucoup d'émotion un article de journal daté de 1920 dans lequel il est question de la disparition d'Agnès Meunier, qui n'est autre que sa tante. Dès lors, l'auteur opère un retour en arrière et revient en 1914 au début de la guerre. Pour une fois, dans ce roman, il n'est pas question de front. Nous suivons la jeune Agnès Meunier qui, comme une majorité de femmes, se retrouve avec un seul revenu pour le foyer. Sauf qu'Agnès n'est pas de celle qui courbe l'échine et accepte bon gré mal gré les conditions de travail réservés aux femmes à cette époque. Il en coûte beaucoup à Agnès de se rebeller contre l'ordre établi. Mais si personne ne dit jamais rien, les choses ne sont pas prêtes d'évoluer.

Le roman déroule ainsi pas à pas l'engagement progressif de la jeune femme, d'abord dans son cadre personnel. Puis accompagnée de connaissances, elle commence à s'investir dans le combat mené par une association de suffragettes. Evidemment, cette prise de position est loin d'être du goût de tout le monde. Célestin, son mari, revenu du front, montre toute sa hargne, sa colère contre cette femme qui ne tient plus son foyer, qui exerce un métier d'homme (wattwoman). Une partie des femmes ne cache pas aussi son mépris envers celles qui s'engagent pour obtenir de nouveaux droits, de nouvelles libertés. Les confrontations peuvent être très violentes.

Dans la collection Les Héroïques aux éditions Talents Hauts, le roman Celle qui voulait conduire le tram laisse la parole à cette jeune femme, Agnès Meunier, une anonyme, qui a œuvré pour les droits et conditions des femmes au début du XXe siècle. Et il en a fallu des centaines d'autres comme elles pour que la loi évolue en faveur des femmes avec notamment le droit de vote qui leur est enfin accordée en 1944.

Une écriture soignée, précise sur un aspect historique et social bien trop peu abordé. Ce roman a reçu le soutien d'Amnesty International.

A lire aussi, d'autres chroniques du roman Celle qui voulait conduire le tram de Catherine CUENCA :
- Celle qui voulait conduire le tram sur le blog Entre les pages
- Celle qui voulait conduire le tram sur le blog Bob et Jean-Michel
- Celle qui voulait conduire le tram sur le blog Lis ma comédie !
- Celle qui voulait conduire le tram sur le blog Calypso
- Celle qui voulait conduire le tram sur le blog Nouveautés Littérature Jeunesse.