Les Lumières de Paris (t.2) : Juliette, la mode au bout des doigts

Période historique : XIXè siècle Période historique Juliette, la mode au bout des doigts Paris

Type de document : Roman

Auteur : BARUSSAUD Gwenaële

Editeur : Fleurus

Année d'édition : 2015

A partir de 12 ans.

ISBN : 978-2-2151-3029-1

Prix : 15,90 €

Juliette, la mode au bout des doigts
Achetez Juliette, la mode au bout des doigts moins cher  DecitreDecitre Ebooks

Résumé

Milieu du XIXe siècle. Juliette Renard est fille de canuts et tisse dans l'atelier de ses parents depuis son plus jeune âge. Mais l'atmosphère étouffante de l'atelier du quartier de la Croix-Rousse à Lyon a raison de la santé de la jeune fille qui contracte la tuberculose. Le médecin enjoint les parents à éloigner leur fille pour qu'elle puisse guérir. C'est donc le cœur lourd qu'elle rejoint Paris avec son oncle qui est commis à l’Élégance parisienne, un immense magasin d'articles de mode créé par Émile Bauvincard. Par son entremise, Juliette est embauchée comme vendeuse et montre rapidement son goût pour la mode, ses compétences pour la vente, mais surtout son talent pour la création de robes. C'est ainsi qu'un jour, elle est engagée pour être la styliste personnelle de la jeune Cordélia Montenclerc, fille d'un riche producteur de betterave à sucre. Par cette nouvelle position, Juliette côtoie le milieu de l'aristocratie parisienne, en plein Second Empire.

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Juliette, la mode au bout des doigts
Avec ce second tome de la série Les Lumières de Paris, Gwenaële Barussaud poursuit son exploration de la mode du XIXe siècle et du contexte historique du Second Empire.

Sans être une suite directe à Pauline, demoiselle des grands magasins, Juliette, la mode au bout des doigts reprend des éléments du tome précédent. Les deux jeunes filles ont partagé une amitié sincère, et Juliette nous replonge dans l'univers extravagant de l'Élégance parisienne que l'autrice avait minutieusement décrit dans le premier opus. Ici, Gwenaële Barussaud ne s’appesantit pas sur la vie et le travail dans le grand magasin et axe tout de suite son récit autour du personnage de Juliette.

Fille de canuts lyonnais, Juliette ne vit que pour la mode dès son plus jeune âge. Au milieu du XIXe siècle, la ville de Lyon reste largement réputée pour la qualité incontestable de ses soieries, tissées dans les nombreux ateliers du quartier populaire de la Croix-Rousse. Or, cette période marque aussi un tournant pour les canuts, et l'Élégance parisienne en est la cause toute désignée. En ouvrant ce type de magasins de "prêt-à-porter", les entrepreneurs veulent et exigent des tissus à moindre coût pour satisfaire une plus large clientèle. La qualité n'est plus le critère premier et les canuts font les frais de cette nouvelle offre. Les commandes baissent inexorablement, conduisant de nombreuses familles à arrêter le métier et à vivre dans la misère.
Même si la situation peut paraître paradoxale, Juliette entend profiter de son emploi à l'Élégance parisienne pour tenter de favoriser les soieries lyonnaises. C'est ainsi qu'elle se découvre un véritable talent de vendeuse mais surtout de dessinatrice de mode. Des compétences qu'elle met ensuite au service d'une jeune fille frivole. Et voici notre petite provinciale au contact des grands personnages du Second Empire.

Le couple impérial Napoléon III et Eugénie marque fortement la vie parisienne de l'époque. C'est sous l'impulsion de l'Empereur que le baron Haussmann lance de vastes travaux dans toute la capitale pour en faire la plus belle et la plus moderne d'Europe. Nous suivons également Cordélia et Juliette au château de Compiègne où sont conviés de nombreux invités pendant l'été. Et à cette occasion, Juliette visite le château de Pierrefonds, alors en pleine réhabilitation par l'architecte Viollet-le-Duc.
L'impératrice Eugénie est davantage connue pour son goût de la mode, une mode justement en pleine évolution. Petit à petit, les crinolines cèdent leur place à des tournures offrant de nouveaux modèles d'élégance. C'est à ce moment-là qu'apparaît la notion de "haute-couture" apportée par le grand couturier anglais Worth qui entend habiller toutes les plus grandes dames de l'Empire, à commencer par l'impératrice.

D'une écriture fluide, Gwenaële Barussaud mêle Histoire, mode et romance. Un bel ensemble qui séduira les jeunes lectrices.

A lire aussi, d'autres chroniques du roman Juliette, la mode au bout des doigts de Gwenaële BARUSSAUD :
- Juliette, la mode au bout des doigts sur le blog Des livres, des livres !.

Série : Les Lumières de Paris