Les Demoiselles de l'Empire (t.1) : Héloïse, pensionnaire à la Légion d'honneur

Période historique : XIXè siècle Période historique Héloïse, pensionnaire à la Légion d'honneur Napoléon Bonaparte

Type de document : Roman

Auteur : BARUSSAUD Gwenaële

Editeur : Le Livre de poche jeunesse

Année d'édition : 2019

A partir de 10 ans.

ISBN : 978-2-01-704349-2

Prix : 7,49 €

Héloïse, pensionnaire à la Légion d'honneur
Achetez Héloïse, pensionnaire à la Légion d'honneur moins cher  Decitre EbooksRecyclivre

Résumé

Tout juste âgée de 15 ans, Héloïse Boisseau fait son entrée, en 1811, à la Légion d'honneur, une maison d'éducation fondée par l'Empereur Napoléon Ier pour l'éducation des filles dont les pères ont servi fidèlement dans la Grande Armée. Le père d'Héloïse est mort en mai 1809 lors de la bataille d'Essling. Face aux dettes contractées par son époux, la mère d'Héloïse place sa fille à la Légion d'honneur pour qu'elle y reçoive une bonne éducation et devienne à sa sortie une "femme utile", une épouse modèle et dévouée.

Grâce à l'instruction dispensée par son père, Héloïse entre directement en classe nacarat. Il lui faut tenir seulement trois ans dans cet établissement austère dirigé par mademoiselle du Bouzet. Malgré des débuts difficiles, Héloïse parvient à nouer quelques amitiés solides et sincères avec d'autres pensionnaires.

Et puis, lors du baptême de l'Aiglon, le fils de Napoléon Ier auquel elle assiste, Héloïse fait la connaissance d'un beau jeune lieutenant, Octave de Montvert. En 1814, l'Empereur abdique. Que vont donc devenir ceux qui l'ont soutenu ? Héloïse parviendra-t-elle à trouver sa place dans ce nouveau monde marqué par le retour des Bourbons ?

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Héloïse, pensionnaire à la Légion d'honneur
Héloïse, pensionnaire à la Légion d'honneur ouvre la série Les Demoiselles de l'Empire, de Gwenaële Barussaud.

Et même si par ce titre, l'autrice cible d'emblée l'une des pensionnaires de la Maison d'éducation impériale de Saint-Denis, ce n'est que pour mieux aborder les dernières années de l'Empire napoléonien et le début de la Restauration, de 1811 à 1817. Les pensionnaires comme Héloïse ont souvent perdu leur père, mort au combat lors des guerres napoléoniennes. Plusieurs sont citées dans le texte : la bataille d'Essling (1809), la campagne de Russie (1812), la campagne de France (1814), Waterloo (1815), ces trois dernières marquant de gros revers subis par la Grande Armée et le déclin de l'Empire.

Grâce à l'entrée d'Héloïse dans cet établissement en 1811, nous découvrons en détails la vie quotidienne des jeunes filles admises à la Légion d'honneur et surtout le modèle d'éducation voulu par l'Empereur lui-même. Gwenaële Barussaud ne pouvait que citer bien évidemment la phrase de Napoléon Bonaparte : « faire de ces jeunes filles des femmes utiles », comme le rappelle la Surintendante à Héloïse qui arrive tout juste. Même si Héloïse et d'autres de ses comparses rechignent à devenir des maîtresses de maison et des épouses exemplaires, leur avis n'est bien évidemment pas pris en compte. L'état d'esprit de l'époque est largement encore à la soumission des femmes et d'autant plus dans les milieux fortunés.

Naturellement, les pensionnaires et le personnel de l’École vouent un véritable culte de la personnalité à Napoléon Ier, malgré l'Empire qui commence à vaciller dès 1811. L'autrice le fait apparaître à plusieurs reprises, surtout lors de moments clés, comme le baptême de l'Aiglon. Alors qu'à l'extérieur, Napoléon Ier n'attire plus les foules, il conserve une certaine aura au sein de la Légion d'honneur.

Une entrée en matière déjà bien fournie, prenante. J'ai aimé suivre l'évolution du personnage d'Héloïse. Elle s'est beaucoup affirmée au fil des années passées à la Légion d'honneur, elle y a gagné en confiance personnelle et malgré la déception amoureuse qu'elle connaît, elle redresse la tête et mérite amplement l'avenir qui s'ouvre devant elle.

Première édition : 2013 (aux éditions Mame)

Série : Les Demoiselles de l'Empire