Couleur vanille : le destin d'un jeune esclave de l'île de la Réunion

Période historique : XIXè siècle Période historique Couleur vanille : le destin d'un jeune esclave de l'île de la Réunion L'esclavage

Type de document : Roman

Auteur : NICODEME Béatrice

Editeur : Oskar

Collection : Histoire et société (Oskar)

Année d'édition : 2011

A partir de 8 ans.

ISBN : 978-2-3500-0655-0

EAN : 9782350006550

Prix : 8,95 €

Couleur vanille : le destin d'un jeune esclave de l'île de la Réunion
Achetez Couleur vanille : le destin d'un jeune esclave de l'île de la Réunion moins cher  Decitre

Résumé

En 1841, Edmond, âgé seulement de 12 ans, est l'un des esclaves de Ferréol Bellier Beaumont, un riche propriétaire de l'île Bourbon. Le maître l'a recueilli quand il était enfant et il est du coup un peu mieux traité que les autres. Par exemple, le maître passe beaucoup de temps à lui enseigner oralement l'horticulture et la botanique.

Edmond fait la connaissance de Tec-Tec, un autre esclave du même âge que lui. Tec-Tec ne cesse de penser à s'enfuir et il essaie d'entrainer Edmond avec lui. Il parle d'un retournement de situation, d'une libération des esclaves. D'où tient-il ces informations ? Et puis Edmond estime être très bien là où il est.

D'ailleurs, à force d'essais et d'observation, Edmond parvient à féconder manuellement la vanille. Très vite, son maître s'empare de cette découverte révolutionnaire et sa plantation commence à exporter la production. L'île Bourbon (la Réunion) est en train de devenir le premier producteur mondial de vanille. Mais bien évidemment, cela n'a aucune retombée positive sur Edmond...

L'avis d'Histoire d'en lire

Avis Couleur vanille : le destin d'un jeune esclave de l'île de la Réunion
Couleur vanille, le destin d'un jeune esclave de l'île de la Réunion est un très court roman (65 pages) sur la fin officielle de l'esclavage, l'abolition ayant été proclamée par la République française dans ses colonies le 20 décembre 1848. C'est un bouleversement social considérable.

Redevenue française au début du XIXe siècle, l'île Bourbon avait changé de nom pendant la Révolution française et s'était appelée l'île de la Réunion. L'esclavage sur cette île date de 1671, lorsque les premiers esclaves ont été amenés pour travailler dans les plantations de café. Ce sont Colbert et Louis XIV qui ont légalisé l'esclavage en août 1670. Les esclaves exercent différentes fonctions : porteurs, domestiques, travaux manuels, travaux agricoles. Les cultures se diversifient. Outre le café, les riches propriétaires terriens plantent des épices, de la canne à sucre. Et dans ce texte, il est question de la vanille qui prend un essor considérable grâce au jeune esclave Edmond.

Car Béatrice Nicodème relate une histoire totalement vraie. C'est bien ce garçon qui découvre un procédé unique pour favoriser la production de vanille. Grâce à lui, l'île Bourbon devient le premier centre vanillier du monde entier. Sauf qu'étant esclave, ce sont bien les Blancs qui s'approprient cette découverte et s'en enrichissent considérablement. Ils donnent tout de même à Edmond le patronyme Albius, en référence à la couleur blanche de la vanille.

Seul le personnage de Tec-Tec a été imaginé par l'auteure pour dynamiser le récit et surtout laisser penser qu'Edmond n'était pas seul, et d'autant moins à la fin de sa vie. Tout le reste est du pur récit historique et un petit dossier en fin d'ouvrage vient apporter des informations complémentaires sur l'histoire de l'esclavage "moderne", les révoltes et abolitions, l'esclavage sur l'île Bourbon.

Un récit simple, touchant qui permet de s'initier en douceur au thème de l'esclavage.

En complément, je vous invite à lire la chronique du site Marmitalire au sujet du roman Couleur vanille de Béatrice NICODEME.